Revue de presse

 

Télérama n° 3194 – 02 avril 2011

Le Découragement
Joanne Anton
Roman

Elle a pour patronyme le prénom de Tchekhov, et une sensibilité aiguë assortie d’un humour en spirale. Joanne Anton, retenez le nom de cette jeune femme dont le premier roman prend à bras-le-corps l’angoisse de la page blanche. Peut-on écrire alors qu’on vit dans le défaitisme le plus complet (« […] entrer dans son foyer, dans une réunion d’affaires, dans une boîte de nuit, accablés par la médiocrité, l’absurdité de tout cela rend chaque acte, aussi infime soit-il, laborieux. Mais on entre. On rêve de se mettre hors de tout mais on rangeoffe les courses, on chiffroboffe, on dansotoffe […] ») et qu’on voue une admiration écrasante pour un écrivain (ici Thomas Bernhard) ? Hymne au passage à l’acte, ce brillant opuscule chuchote un oui très réconfortant.

Marine Landrot

 

Livres. Vient de paraître…
Une sélection du service Livres de Libération
24 mars 2011 

Joanne Anton Le Découragement

«Est-ce possible d’écrire sur le découragement tandis que l’on se décourage du moindre mot que l’on écrit ?» Un premier roman cocasse et strident qui marche dans les pas du Marcher de Thomas Bernhard, pieds dans les pieds, main dans la main, en précisant que le courage «qui nous fait défaut en cette période» est celui de se tourner vers la société, «(peut-être)». Avec la mort et l’asile de Steinhof «en lisière», Joanne Anton, 36 ans, explore la langue ratiocinante du mélancolique dans toutes ses nuances : «Corps et pensée sont à bout maintenant qu’ils se sont tournés vers le souvenir de l’amour qui est lié à l’écriture, et son vide. Tout ce qui leur est cher se dérobe à eux, mais en pire.»

Eric Loret

508a9f4ca2f43

Les Inrocks
Le découragement
2011

Inrocks_decouragement

Culture Livres
Liège, Oui
2013

Liege oui Potel

 

 

508a9f4ca2f43

Les Inrocks
Liège, oui
23 janvier 2013

Les Inrocks liege

Le magazine de la Cité
Liège, oui.
2013

mag de la cite

 

 

280px-Echo-2011L’écho républicain, 
8 février 2013
Par Claire Castillon